Turquie. La farce judiciaire doit se terminer par l’acquittement des défenseurs des droits humains

Turquie. La farce judiciaire doit se terminer par l’acquittement des défenseurs des droits humains

Presque un an et demi après leur arrestation et alors qu’ils sont toujours inculpés d’accusations absurdes, le président honoraire et l’ancienne directrice d’Amnesty International Turquie, ainsi que neuf autres défenseurs des droits humains doivent être acquittés, a déclaré Amnesty International alors que leur procès reprend le 7 novembre 2018 à Istanbul.

Taner Kılıç, président honoraire d’Amnesty Turquie, et İdil Eser, ancienne directrice d’Amnesty Turquie, sont jugés avec neuf autres défenseurs des droits humains pour des allégations sans fondement d’« appartenance à une organisation terroriste ».

« Sans une once de preuves crédibles venant étayer les accusations absurdes portées à leur encontre, il est temps de clore cette farce judiciaire et d’acquitter ces hommes et ces femmes qui consacrent leur vie à défendre les droits d’autrui, a déclaré Kumi Naidoo, secrétaire général d’Amnesty International.

« Ces défenseurs des droits humains ont passé, de manière cumulée, plus de trois ans derrière les barreaux. Rien ne pourra leur rendre ce temps, mais le tribunal peut enfin lever la menace de condamnation qui plane inutilement au-dessus de leurs têtes. »

Lors des cinq audiences précédentes, chaque élément du dossier de l’accusation contre les défenseurs des droits humains a été totalement réfuté. Pourtant, les autorités turques semblent déterminées à faire traîner l’affaire le plus longtemps possible.

Taner Kılıç a passé plus de 14 mois en prison avant d’être libéré sous caution au mois d’août. Huit des 10 d’Istanbul ont passé près de quatre mois chacun derrière les barreaux avant d’être libérés sous caution en octobre 2017.

« Taner Kılıç et les 10 d’Istanbul sont des symboles puissants de ce qui se déroule dans le cadre de la répression implacable menée en Turquie aujourd’hui, a déclaré Kumi Naidoo.

« Au lieu d’être applaudis et soutenus, les défenseurs des droits humains croupissent en prison ou vivent dans la peur constante d’être poursuivis et incarcérés. Les autorités doivent acquitter les 10 d’Istanbul et Taner Kılıç, et libérer toutes les personnes incarcérées en Turquie simplement pour avoir défendu les droits humains. »

Complément d’information

Une délégation internationale de hauts représentants d’Amnesty du monde entier assistera à l’audience à Istanbul, notamment : Gabriele Stein, présidente d’Amnesty International Allemagne ; Kate Allen, directrice d’AI Royaume-Uni ; John Peder Egenæs, directeur d’AI Norvège ; Pierre Antoine Schorderet, président d’AI Suisse ; Gabriel Sakellaridis, directeur d’AI Grèce.

Publié le 07.11.2018

Partager cet article