Persécutés pour avoir défendu les droits humains

Persécutés pour avoir défendu les droits humains

Illustration: © El Moustach

Taner Kılıç, président d’Amnesty International Turquie, faisait simplement son travail, qui est de dénoncer les atteintes aux droits humains dans ce pays. Mais le 9 juin 2017, il a été jeté en prison au motif absurde qu’il appartiendrait à une « organisation terroriste armée ».

Un mois plus tard, İdil Eser, directrice d’Amnesty Turquie, et 9 autres militants ont été arrêtés alors qu’il participaient à un banal séminaire réunissant des militants en faveur des droits humains à Istanbul. Ces 10 personnes, appelées les 10 d’Istanbul, sont elles aussi accusées d’appartenir à une organisation terroriste, ce qui est absurde.

L’arrestation des 10 d’Istanbul et le placement en détention de Taner sont les derniers épisodes en date d’une série d’initiatives prises par le gouvernement en vue de réduire au silence celles et ceux qui le critiquent.Depuis la tentative de coup d’État de juillet 2016, plus de 150 000 personnes ont été visées par des informations judiciaires.

À la suite du tollé mondial que leur arrestation a provoqué, les 10 d’Istanbul ont finalement été libérés sous caution.Mais Taner est encore en prison et les 10 d’Istanbul sont toujours en danger.

Ces personnes courageuses ont consacré leur vie à défendre les droits des autres. Le fait d’ériger en infraction leurs activités laisse toute la population à la merci de la répression des libertés actuellement menée par le gouvernement.

Signez notre pétition pour demander à la Turquie d’arrêter de persécuter ces militants des droits humains et d’abandonner les charges retenues contre eux.

Pour son anniversaire, souhaitez à İdil sa libération !

  

Notre collègue İdil a été emprisonnée à tort en Turquie, mais cela ne nous empêchera pas de lui offrir un anniversaire mémorable.

Cela devait être une journée ordinaire pour İdil Eser, la directrice d’Amnesty Turquie. Elle participait à une réunion avec des collègues à Istanbul le 5 juillet 2017, lorsque la police a fait irruption dans le bâtiment et les a arrêtés. Ni İdil ni ses collègues n’ont fait quoi que ce soit de mal. Pourtant, la Turquie les a emprisonnés, tout comme elle a emprisonné des centaines de journalistes, alimentant la propagande selon laquelle les défenseurs des droits humains seraient dangereux et qu’il faudrait mettre fin à leurs activités.

İdil n’est pas une criminelle, elle est une défenseure des droits humains qui est détenue sans inculpation pendant qu’elle fait l’objet d’une enquête pour suspicion d’« aide à une organisation terroriste », une accusation ridicule. Joyeux anniversaire à İdil. Le monde entier est solidaire avec toi. #PartyWithIdil

Nous ne nous arrêterons pas tant que İdil ne sera pas libre. Nous ne nous arrêterons pas tant qu’ils ne seront pas tous libres. Rejoignez notre appel en faveur de la libération des défenseurs des droits humains. Signez notre pétition.

[your signature]

267 signatures

   

Partager cet article