Yémen. Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France continuent de fournir des armes à la coalition menée par l’Arabie Saoudite

Yémen. Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France continuent de fournir des armes à la coalition menée par l’Arabie Saoudite

© Rawan Shaif

Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France doivent cesser immédiatement de fournir des armes à la coalition menée par l’Arabie saoudite au Yémen, qui empêche la livraison de l’aide humanitaire, y compris de denrées indispensables à la survie des civils, a déclaré Amnesty International vendredi 17 novembre 2017. Selon les Nations unies et les organisations humanitaires, des vivres et des médicaments sont bloqués et l’on se dirige dans les prochaines semaines vers une pénurie de denrées vitales.

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite a durci le blocus après le tir d’un missile sur Riyadh. Depuis, elle a empêché 29 navires chargés de denrées de première nécessité d’entrer dans le port d’Hodeida. Les mesures d’allègement annoncées par la coalition, comme l’ouverture du port d’Aden, sont loin d’être suffisantes pour répondre aux besoins humanitaires. Plus de 20 millions de personnes ont aujourd’hui désespérément besoin d’aide.

« La menace d’une famine imminente est en train de devenir réalité à cause des nouvelles restrictions imposées par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, qui semblent s’apparenter à une sanction collective à l’encontre de la population civile yéménite », a déclaré Philip Luther, directeur de la recherche et du travail de plaidoyer pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International.

« Les pays qui continuent de fournir des armes aux membres de la coalition, comme les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, permettent à l’Arabie saoudite et à ses alliés de bafouer de manière flagrante le droit international et risquent de se rendre coupables de complicité de graves violations, dont des crimes de guerre.

« Tous les pays doivent mettre immédiatement un terme à l’approvisionnement de la coalition emmenée par l’Arabie saoudite en armes et en aide militaire destinées à être utilisées au Yémen, y compris à la fourniture d’équipements ou de soutien logistique servant à maintenir le blocus. »

D’après l’ONU, au 15 novembre 2017, 29 navires chargés près de 500 000 tonnes de nourriture et de carburant s’étaient vu interdire l’accès au port d’Hodeida.

Depuis 2015, toutes les parties au conflit au Yémen ont commis de graves violations du droit international humanitaire et de graves atteintes aux droits humains. La vie des civils est dévastée par les bombardements et les tirs d’obus aveugles, les détentions arbitraires et les disparitions forcées.

Publié le 19.11.2017

Partager cet article