Algérie. Libérez le président de la communauté religieuse des Ahmadis

Algérie. Libérez le président de la communauté religieuse des Ahmadis

Contact Presse

Pour toute demande
d’interview, recevoir les communiqués de presse ou invitations aux évènements organisés par Amnesty International Algérie.

+213 23 504 604

Presse@amnestyalgerie.org

12.09.2017

Amnesty International appelle les autorités algériennes à libérer Mohamed Fali, président de la communauté religieuse des Ahmadis, et à abandonner toutes les charges retenues contre lui car il s’agit d’un prisonnier d’opinion qui n’a fait que pratiquer pacifiquement sa religion.

L’organisation demande également aux autorités de veiller sans délai à ce que Mohamed Fali puisse bénéficier des soins médicaux dont il a besoin, et recevoir les médicaments et les traitements pour son diabète ; et de garantir que toutes les accusations et les poursuites visant les Algériens Ahmadis seront abandonnées lorsqu’elles sont uniquement liées à la pratique pacifique de leur religion, et de libérer immédiatement ceux qui sont encore incarcérés.

Mohamed Fali a été interpelé par la police le 28 aout à son domicile à Ain Sefra (Naama) afin qu’il soit rejugé pour « collecte de dons sans autorisation » (article 11-2 de l’ordonnance 06-03 fixant les règles et les conditions d’exercice des cultes autres que musulmans) et « dénigrement du dogme de l’islam » (article 144 bis 2 du Code pénal algérien), accusations qui découlent de l’exercice pacifique de sa religion.

Durant son procès le 6 septembre, le tribunal a ajouté l’accusation d’appartenance à une association non autorisée. Le parquet a requis à son encontre une peine d’un an de prison et une amende de 20 000 dinars algériens (environ 150 euros). Le tribunal devrait rendre son jugement le 13 septembre.

Le 15 février, le tribunal de première instance d’Ain Tedles (Mostaganem), avait initialement condamné Mohamed Fali par contumace à trois ans de prison et à une amende de 50 000 dinars algériens (environ 375 euros). La loi algérienne permet à des personnes condamnées par contumace de contester le jugement et de bénéficier d’un nouveau procès en leur présence.

Mohamed Fali est actuellement détenu à la prison de Mostaganem. D’après son avocat, les autorités carcérales ne lui ont pas donné accès à des médicaments prescrits par son médecin pour du diabète, ni à un appareil pour surveiller son taux de glycémie. Il a dû compter sur sa famille pour lui fournir son traitement.

Partager cet article